Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médiathèque Paul Valéry

Âge tendre de Clémentine Beauvais

Clémentine Beauvais

Sarbacane

 

Comme tous les élèves qui s’apprêtent à passer en seconde, Valentin doit faire un service civique d’un an. Originaire du sud et plutôt introverti, il demande à être affecté dans des régions proches de ses parents, dans des établissements culturels. Raté. Il se retrouve envoyé dans les Hauts-de-France, pour travailler dans un centre mnémosyne. Un lieu pour les personnes âgées atteintes d’Alzheimer, qui reconstitue l’ambiance de leurs jeunes années. Pour tenter d’obtenir des missions intéressantes, Valentin essaie donc de se faire passer pour un connaisseur des années 1960, et notamment de Françoise Hardy. Cependant, il va vite être rattrapé par son mensonge…

 

Avec Âge tendre, Clémentine Beauvais nous emporte complètement. Tout d’abord, le concept même de service civique obligatoire nous embarque, grâce à la forme que prend le roman : celui du rapport de fin d’année de Valentin lui-même. À travers sa propre écriture, on se lie donc très vite au personnage principal. Ses angoisses, ses questionnements, et ses accomplissements deviennent presque les nôtres ! Par ailleurs, les autres personnages sont tout aussi attachants, avec des personnalités parfois complexes, mais justement d’autant plus touchantes.

Ce récit, en plus d’être attendrissant, est incroyablement drôle, de part le caractère du personnage principal et son regard sur les choses qui l’entourent ! On prend donc beaucoup de plaisir à observer le parcours de Valentin tout au long de cette année, et de constater son évolution d’un ado anxieux et fermé, à un garçon sûr de lui et épanoui.

Âge tendre est une merveilleuse découverte, qui traite de relations intergénérationnelles et de confiance en soi tout en délicatesse et avec humour !

Tu peux retrouver ce roman dans les rayons de la bibliothèque ou ICI.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article