Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médiathèque Paul Valéry

La femme de chambre de Nita Prose

Nita Prose

Traduit de l’anglais (Canada) par Estelle Roudet

Éditions Calmann Levy – 2022 

 

Le grand et luxueux hôtel « Regency Grand » est tenu de main de maître par son directeur Mr Snow, homme de principe qui n’admet que l’excellence. Dans son équipe de femmes de chambre, nous découvrons Molly Gray, une jeune fille pas tout à fait comme les autres qui adore son métier et le fait à la perfection car elle « est tellement reconnaissante d’avoir ce travail que je me pince chaque jour ». Molly élevée par sa grand-mère, ses parents ayant pris le large il y a fort longtemps, est d’une candeur exquise, profondément bonne et intègre mais a bien souvent des difficultés à communiquer avec ses semblables. Déchiffrer les sous-entendus, les non-dits lui est quasi impossible même si son adorable grand-mère l’a armée pour évoluer dans la vraie vie ! Depuis le décès de son aïeule, Molly progresse remportant   chaque jour de petits challenges et, lorsque la solitude se révèle trop cruelle, le souvenir et les nombreuses maximes qui étayaient leur vie lui reviennent à l’esprit. Au "Regency", Molly s’est fait une amie en la riche héritière Gisèle Black qui accepte la jeune-fille telle qu’elle est. Or alors « qu’elle s’apprête à rendre la perfection » à la chambre, Molly retrouve le cadavre de l’acrimonieux Monsieur Black…D’un simple coup d’œil, la jeune femme enregistre la scène y décelant quelques anomalies. Une enquête est alors dépêchée ; Molly est interrogée et bientôt suspectée…

La femme de chambre peut paraître, au premier abord un léger feel-good, mais s’avère une pépite d’humour, de tendresse, de bon sens qui rend la vie meilleure. La différence de Molly n’est jamais nommée même si l’on peut envisager une forme d’autisme et l’auteure s’attache à nous en signifier tous les bons côtés. Choisir un parler vrai, sans faux-semblant ni hypocrisie. Employer un langage châtié quelque peu suranné pour réapprendre la beauté de notre langue. Faire appel à notre bon sens simplement pour vivre le quotidien…. Bref, au fil des pages, des petites leçons de vie émaillent du récit. Notre Molly est une belle personne avec qui l’on aimerait, vivre, travailler ou simplement marcher à ses côtés. Une lecture rafraichissante et bienfaisante que vous allez apprécier.

Vous trouverez "La femme de chambre" dans les rayons de la médiathèque ou ICI

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article