Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médiathèque Paul Valéry

Instants polars n° 1

Séquences mortelles  

Michaël Connelly

Traduit de l’anglais par Robert Pépin

Éditions Calmann Lévy Noir – Mars 2021

 

 

 

Le cadavre d’une jeune femme est retrouvé et le légiste est formel : décapitation interne ! Les inspecteurs chargés de l’affaire n’ont que peu d’éléments et lorsqu’ils découvrent le nom de Jack McEvoy dans le répertoire de la victime, le coupable est tout trouvé ! Or, le journaliste qui travaille à présent pour un site web de défense du consommateur, « Fair warning », clame haut et fort son innocence et, pour se disculper, mène en enquête parallèle sur les traces du prédateur. Bientôt, il découvre d’autres morts suspectes selon le même mode opératoire : l'AOD ou l’Atlanta-occipital dislocation. Seule connexion entre toutes ces victimes : le dépôt d’un échantillon pour analyse génétique à la société GT23… Commence alors la traque de celui que l’on baptise l’Écorcheur…

Le journaliste Jack Mc Evoy est de retour même si ce dernier me semble bien frileux ! Nous sommes bien loin de mon engouement il y a … 25 ans à la lecture du « Poète ». La thématique est pourtant fort intéressante : la protection et la réglementation, en bref la sécurité des données lors des recherches ADN qui permettent, entre autres, de retrouver la trace de nos ancêtres….  L’intrigue manque, à mon avis, de punch et les explications scientifiques ne sont pas limpides. Cela dit, un roman de Michaël Connelly n’est jamais vraiment mauvais, il est simplement moins bon… 

Vous trouverez le roman Séquences mortelles à la médiathèque Paul Valéry.

 

 

Les refuges

Jérôme Loubry

Éditions Calmann Lévy Noir – 2020 

 

 

 

 

Le roman s’ouvre sur un vieux professeur contant à un groupe d’étudiants assidus l’histoire de Sandrine. Sandrine est une jeune journaliste, atypique et solitaire. On la découvre dans les premières pages du roman interviewant un éleveur dont le bétail a été tagué d’une croix gammée. Un quotidien ordinaire. Un reportage quelconque. Toute la quiétude et monotonie désirées vont être balayées par une missive signifiant la mort de la grand-mère, Suzanne, connue de nom jusqu’alors mais jamais rencontrée. Sandrine est invitée à récupérer les effets de la défunte sur la mystérieuse île sur laquelle elle vit recluse depuis le Drame. Suzanne y a été recrutée avec un petit groupe de professionnels pour assurer le bien-être de l’Univers : un camp de remise en forme destiné à des enfants souffrant des suites de la guerre.  Depuis 1949, Suzanne y vit recluse auprès de ses acolytes et n’a jamais pu se résoudre à quitter le lieu maudit. Nous voici dans le cœur du sujet ou, c’est ce que le lecteur croira jusque…

 

Un grand coup de cœur pour ce thriller psychologique perspicace à la construction sardonique et machiavélique à souhait. Ce thriller est à lire et non à raconter de crainte de déflorer l’élaboration originale et terriblement efficace. Le titre choisi rend compte à merveille de la thématique explorée. Je n’ai pu le quitter qu’une fois achevé. Attention : addiction garantie ! Nuit blanche ou journée pyjama prévisibles…Coup de cœur !

Vous trouverez le roman Les refuges à la médiathèque Paul Valéry.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article