Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médiathèque Paul Valéry

Une saison douce de Milena Agus


 

Une saison douce 

Milena Agus

Traduit de l’italien par Marianne Fauroberrt

Éditions Liana Levi – 2021

 

 

 

« J’ai découvert que l’écriture rachetait le réel » Milena Agus

 

Le récit se déroule au cœur d’un village au sud-ouest de la Sardaigne, sinistré, oublié de Dieu et des hommes : le train n’y passe plus, le curé, les urgences médicales et même le maire sont partis s’installer dans le village voisin. Bref, la population dite « active » a déserté le hameau désolé et, seuls demeurent les anciens, des couples d’âges mûrs et quelques éclopés. La vie s’y écoule dans une parfaite monotonie et une profonde lassitude jusqu’au jour où débarquent les envahisseurs. Ces êtres venus d’on ne sait où, ne sont pas accoutrés d’armures d’acier ou de petites ailettes vertes, mais sont vêtus de hardes colorées, portent en leur chair le poids du passé. Les villageois sont déconcertés et scandalisés : personne ne les a prévenus de l’arrivée de cette horde de migrants « mal fagotés et mal en point ». Les deux communautés, toutes deux déroutées, se regardent en chiens de faïence. Les villageois, pétris d’idées préconçues, craignent pour leur sécurité. Les étrangers sont, quant à eux, dépités d’atterrir en ce lieu, si semblable à la région quittée, une bien pitoyable terre promise pour laquelle ils ont tout donné et risqué leur vie… Les « envahisseurs » sont assignés dans une vieille demeure délabrée que les habitants nomment pompeusement « la Ruine ». Ils s’y installent, aidés à contre cœur et avec réticence, par quelques villageoises. Au fil des jours, la curiosité des femmes prend le pas sur leur méfiance et elles tentent un rapprochement sous le regard réprobateur des Autres (maris, voisins, etc.). Un dialogue s’instaure où tout semble possible… 

Un conte polyphonique étonnant, attendrissant et cocasse. Certes, le thème de l’immigration est mille fois rebattu ces dernières années mais le roman « Une saison douce » sort du lot et mérite d’être lu. L’auteure y dépeint, avec une charmante ironie, la rencontre de deux mondes qui se scrutent avec défiance. De cette cohabitation naîtra de belles rencontres, d’attachantes complicités et … un potager resplendissant car le conte est résolument optimiste et vous enchantera par les ondes positives qu’il dégage. À bas la grisaille et la mélancolie. Vive les bons sentiments et les ondes positives ! 

 

Vous trouverez Une saison douce dans les rayons de la médiathèque

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article