Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médiathèque Paul Valéry

Valentine's bib' #3

 « Voir, entendre, aimer. La vie est un cadeau dont je défais, chaque matin, les ficelles au réveil. »

Christian Bobin, Geai (2000)

Critique jeunesse :

 

Charles amoureux d’une princesse

Alex Cousseau,

illustré par Philippe-Henri Turin

Seuil jeunesse

 

 

 

Dans cette aventure, Charles le petit dragon poète cherche désespérément l’élue de son cœur. Mais attention, pas question de tomber amoureux de la première venue, Charles est exigent. Il cherche une princesse, une princesse à délivrer, une vraie princesse qui habite dans un château, ni plus ni moins ! Une mission qui s’avère plus compliquée que prévue car il est accompagné de Cornélia, une terrible et monstrueuse dragonne qui sévit dans le royaume depuis des années et qui enflamme tout sur son passage. Inutile de préciser que la rencontre entre ces deux-là sera explosive mais non dénuée de poésie. Ah l’amour… !!!

Un album très grand format aux illustrations spectaculaires à lire dès 8 ans.

Trois autres aventures de Charles sont à découvrir à la médiathèque : Charles, prisonnier du cyclope ; Charles apprenti dragon et Charles à l'école des dragons.

 

Marianne

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Critique ados :

 

Le bleu des mots

Cath Crowley

Éditions PKJ

 

 

 

 

Il y a trois ans, Rachel a laissé une lettre d’amour à son meilleur ami Henry dans son livre préféré. Sans réponse… Aujourd'hui, après le décès brutal de son frère qui la bouleverse, la jeune fille est obligée de retourner dans la ville où elle a grandi et surtout de travailler dans la librairie des parents d’Henry. Incapable de se reparler normalement après tout ce temps et avec toutes les griefs qu’ils ont l’un envers l’autre, Henry et Rachel vont commencer à s’écrire des petits mots qu’ils glisseront dans les livres de la “Bibliothèque épistolaire”..

Très gros coups de cœur pour ce roman d’amour tout en subtilité et rempli de douceur.

On est charmé par cette galerie de personnages tous très attachants qui gravitent dans la librairie. En plus d’être une très belle histoire, “Le bleu des mots” est aussi une déclaration d’amour aux librairies et aux livres. Les lettres échangées via “la bibliothèque épistolaire" sont un régal à lire. Une vraie parenthèse de bonheur qu’on a du mal à lâcher !

Laëtitia

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Moving Forward

Nagamu Nanaji

Akata

 

 

 

 

Moving  Forward est un manga écrit par Nagamu Nanaji et édité par Akata. Il raconte l’histoire d’une jeune fille de 15 ans nommée Kuko. Kuko est une personne radieuse et souriante en toutes circonstances, elle est sociable et aime aider les autres. Seul Outa, un de ses amis, et un garçon qu’elle va rencontrer vont réussir à lire en elle …

Ce manga montre que certaines personnes cachent leur émotion derrière un sourire et oublient d’être eux même. C’est également une œuvre où les trois personnages principaux (Kuko, Outa et le garçon que kuko rencontre) s’expriment par l’art. Kuko par la photographie, Outa par la peinture et le garçon par la musique. J’ai adoré lire ce manga pour toutes ces choses et j’ai hâte de lire la suite.

 

Ema (stagiaire de 3ème)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Critique adulte :

L’annonce

Marie-Hélène Lafon 

Éditions Buchet-Chastel

 

 

 

Qu’est-ce que l’amour ? 

Marie-Hélène Lafon nous offre « L’Annonce » comme ébauche de réponse…

Deux solitaires égratignés par la vie décident de bousculer un quotidien morose et tentent la Rencontre.

Elle, c’est Annette élevant seule, dans le Nord, Éric, fruit d’un amour destructeur avec un être alcoolique et violent. Pour « sauver » son fils, il lui faut partir…

Lui, c’est Paul, agriculteur vivant dans le Cantal entre une sœur despotique et deux oncles tyranniques. Il a été jadis très amoureux ; trompé, le cœur meurtri, seul, il ne veut nullement devenir le vieux célibataire endurci que la tribu évoque au détour d’un mot, d’un regard…

Contre l’avis du clan, il prendra compagne !

Alors, il ose publier une annonce, elle risque la réponse…

Au fil des jours, ils vont s’apprendre, au gré du temps s’apprivoiser, se reconnaître et s’aimer…

Très beau texte de Marie-Hélène Lafon tout en demi-teinte et sensibilité. L’Ecriture au service de l’histoire : le vocabulaire est riche, précis, intense, recréant le chaos intérieur de ces deux êtres silencieux. Les paroles sont rares accentuant l’isolement et la solitude régnant dans le « pays ». L’atmosphère est « cotonneuse » comme l’épaisse couche de neige qui bientôt habillera la vallée d’une blancheur ouatée. Nous sentons physiquement le poids des traditions, la solitude intérieure et la beauté de la « communication non verbale ».

Roman d’amour quelque peu anticonformiste, qui raille la frivolité des cœurs et la fugacité des amours qui se font et se défont sur de simples coups de tête... Très beau texte !

 

Caroline

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Critique cinéma :

Les Parapluies de Cherbourg

Jacques Demy

1964

 

 

 

 

Geneviève, employée dans la boutique de parapluie de sa mère, est éperdument amoureuse de Guy, un jeune garagiste. Quand elle l’annonce à sa mère, celle-ci refuse catégoriquement cette relation. Cependant, avant même d’avoir eu le temps de la convaincre, Guy est réquisitionné par l’armée pour la guerre l’Algérie…

Sur le fond grisâtre d’un Cherbourg pluvieux, l’histoire de Geneviève et Guy représente un rayon de soleil. Cependant, la morosité reprend le dessus face à l’inévitable : la guerre. Les Parapluies de Cherbourg est l’un des rares films à évoquer le conflit algérien de façon contemporaine et porte en lui un message profond, celui d’une jeunesse déchirée par ce combat insensé.

Mais avant de représenter un mal-être générationnel, ce film est surtout un récit romantique tragique. Pour autant, bien que touchant, l’histoire n’est jamais pesante, grâce à la légèreté amenée par la musique de Michel Legrand.

N’hésitez donc surtout pas : Les Parapluies de Cherbourg vous guidera, de mélodies en mélodies, à travers une histoire d’amour poignante.

 

Saïda

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Œuvre d’art :

 

Les amants, René Magritte (1928)

 

Les Amants fait partie d’une série de quatre tableaux, dans laquelle Magritte met en scène les deux mêmes amoureux.

Cette peinture surréaliste, porte en elle une aura mystérieuse, celle de deux personnes qui s’aiment sans se voir. Ces visages camouflés permettent également une projection de l’observateur : ce baiser voilé peut être celui de n’importe qui. Aussi proches de ces amants, nous rentrons dans leur intimité, peut-être jusqu’à s’imaginer à leur place ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article